Carrières Professionnelles

M. KOUA CLAUDE MICHEL

1.       Présentez-vous à nos lecteurs ?

Je me nomme KOUA Djédou Claude Michel. Je suis de nationalité ivoirienne, fiancé et sans enfant.

 

2.       Pouvez-vous nous faire un résumé de vos parcours académique et professionnel ?

Après avoir obtenu le BAC en 2004 au Collège Notre Dame d’Afrique de Biétry, j’ai opté pour un parcours en Sciences Economiques et de Gestion. En 2008, j’ai obtenu une Licence en Sciences Economiques à l’Université de l’Atlantique d’Abidjan. Un an après, soit en 2009, j’ai été admis au concours d’Ingénieur Statisticien Economiste (ISE) à l’Ecole Nationale de Statistique et d’Economie Appliquée (ENSEA) d’Abidjan. Et, en juillet 2012, j’ai obtenu mon diplôme d’ISE.

J’ai intégré le monde professionnel en débutant par divers stages : d’abord au Laboratoire d’analyses et de biologie médicale de Longchamp, puis à la BICICI. J’ai été recruté, en Avril 2013, comme Chargé d’Etudes à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire. En Janvier 2015, je suis entré à Bloomfield Investment Corporation où j’exerce actuellement.

 

3.       Dans quelle entreprise exercez-vous actuellement et en quoi consiste votre tâche ?

Comme mentionné précédemment, j’exerce présentement à Bloomfield Investment Corporation qui est une agence de notation financière panafricaine. Pour information, la notation financière consiste à émettre une opinion quant à la capacité et à la volonté d’une entité à faire face à ses engagements financiers à échéance. Bloomfield Investment fournit également des services d’information et d’études économiques pour divers entreprises et organisations.

Je travaille dans cette agence en tant qu’Economiste Principal. Principalement, ma tâche consiste à mener des travaux d’études économiques (analyses de risque pays, analyses sectorielles…) et de conception d’indices (économiques, financiers…). Parfois, je suis également amené à exprimer l’opinion de l’agence sur des sujets ou faits économiques.

 

4.       En quoi votre formation de statisticien économiste vous a-t-elle été utile dans cet accomplissement ? A-t-elle été un avantage ?

A ce niveau, je peux dire que mon métier actuel est pleinement en adéquation avec ma formation d’économiste et d’ISE. Mais contrairement à ma formation première, celle d’Ingénieur Statisticien Economiste m’a fourni les bases nécessaires à la compréhension des concepts et outils quantitatifs d’une part, et d’autre part, m’a permis de renforcer mes connaissances en économie.

De nos jours, en plus de la maitrise des concepts économiques, la connaissance des outils quantitatifs est également importante quand on veut embrasser une carrière d’Economiste. Et, en ce sens, la formation d’ISE est clairement un avantage.  

Pour la petite histoire, quand je suis entré à Bloomfield Investment, ma première tâche a été de construire un indice économique. Si je n’avais pas suivi la formation d’ISE, je peux vous assurer que je n’aurai pas été capable de relever un tel challenge.

Enfin, au-delà de la connaissance que m’a apporté la formation, il faut dire que le rythme d’apprentissage élevé et la pression m’ont beaucoup aidé dans le monde professionnel. Cela a développé ma réactivité et mon capital confiance, me permettant ainsi de toujours aborder sereinement les tâches qui me sont confiées, qu’elles soient complexes ou pas.

 

5.       Quelles sont les difficultés ou les défis majeurs auxquels vous êtes confronté et comment arrivez-vous à les surmonter ?

Concernant mon métier, le principal défi est l’obtention d’informations et de données statistiques nécessaires à la réalisation de nos études. Pour contourner cette difficulté, on se rapproche généralement des acteurs ou personnes ressources qui peuvent nous y aider. Et pour cela, on s’appuie sur le réseau professionnel qu’a développé l’agence et sur celui de chacun des membres du personnel.

C’est peu dire que se constituer un réseau est indispensable dans le monde professionnel, et en particulier dans mon métier.

 

6.       Quelques conseils pour vos filleuls statisticiens économistes qui liront cette interview ou pour ceux qui envisageraient une carrière comme la vôtre ?

Aux ISE en formation, je les invite à ne négliger aucune matière et à tout faire pour bien comprendre tout ce qu’ils apprennent. Qu’ils s’impliquent également dans les activités extra-scolaires afin de développer certaines qualités (communication, gestion d’équipe ou de projets…) qui leur seront très utiles dans leurs futures carrières.

Pour ceux qui envisageraient une carrière d’Economiste, en plus de tout ce qui a été dit précédemment, je les exhorte à s’intéresser à l’actualité et aux faits économiques ou à s’abonner à des blogs d’économiste ou spécialisés en économie. Ils pourront ainsi apprécier concrètement tout ce qu’ils auront appris et comprendre de façon pratique les interactions qui peuvent exister entre la structure d’une économie, la situation sociale et la situation politique d’un pays. Cela les aidera également développer leur aptitude à faire des conjectures. Et, c’est sur ce dernier point que l’on juge la pertinence des propos d’un économiste, surtout dans une agence de notation financière.

 

7.       Votre dernier mot pour conclure cette interview ?

Je remercie la Division des ISE de m’avoir fait l’honneur de cette interview.

Je vous encourage dans cette initiative qui permet le partage d’expériences entre ISE en formation et ISE en activité.

Enfin, je souhaite bon courage à tous les statisticiens en formation. Sachez que le meilleur est à venir !

 

Interview réalisée par Aude Régina KAGNOMOU, présidente de la commission Relations extérieures.

 

Voir tout